Loading...

jeudi 30 décembre 2010

Les gangs de rue et les individus ciblés

Les gangs de rue et les individus ciblés

Les gangs de rue

En ce qui concerne le Québec, on croit que les gangs de rue est un phénomène qui a commencé à Montréal dans les années 80. Mais, selon ma propre expérience, ce phénomène existait bien avant cela. Car, non seulement les gangs de motards envahissaient les parcs de Montréal et d’ailleurs, mais ceux-ci étaient aussi envahis par des petites bandes de jeunes criminalisées. Et, ces dernières possédaient le même genre d’activités et type de code que les gangs de rue actuels. Ils sillonnaient eux aussi les ruelles et les rues commerciales. Peut-être, ne portaient-ils pas l’appellation de «Gang de rue» à l’époque mais ce qui est certain, c’est que les gangs de rue existaient bel et bien dans les années 70.

D’ailleurs, j’ai pu constater leur existence en rencontrant moi-même depuis ma jeunesse plusieurs membres de gangs dans différents secteurs. Moi, ainsi que ma famille avons déménagé très souvent. Depuis mon adolescence jusqu’à aujourd’hui, j’ai été harcelée par plusieurs gangs de rue que je ne connaissais pas tandis que d’autres membres de gangs que j’avais connus avaient pu devenir des amis. C’est peut-être le fait que j’ai été victime du Gang Stalking tout ma vie qui m’a permis d’être plus en contact avec ces gangs.

Ce qui est différent aujourd’hui, c’est que les jeunes sont recrutés de plus en plus jeunes et cela, même au primaire. De plus, il semble que les jeunes qui sont dans ces gangs n’exécutent pas seulement des «contrats», ils ont l’air de commettre des crimes odieux très gratuitement. Il arrive que ce soit des initiations. Mais, ce qu’il est important de savoir c’est que ce ne sont pas toujours des crimes si gratuits que cela.

Les membres des gangs de rue font partie d’un système très coercitif. Certains d’entre eux exécutent toutes sortes de délits sous la menace. Ils sont d’ailleurs beaucoup plus exposés que n’importe quel autre membre de gangs criminalisées. C’est donc beaucoup plus facile de leur attribuer toute la responsabilité des pires crimes gratuits. Mais en fait, des membres de groupes extrémistes qui ont tendance à vouloir se faire justice eux-mêmes peuvent infiltrer le crime organisé et profiter de leur pouvoir pour se servir des plus jeunes pour remplir leurs dessins de prédation. La plupart de ces jeunes sont entrés dans les gangs par de puissantes tactiques de manipulation alors qu’ils n’étaient même pas en âge de vraiment décider de leur propre vie. Et, les motards eux-mêmes peuvent avoir été mystifiés par ces terroristes qui sont en fait des taupes.

Les noms de gangs

À Montréal, mis à part qu’ils soient connus sous différentes appellations comme les bleus ou les rouges, les Crips, etc., les gangs utilisent souvent les numéros des lignes d’autobus comme nom de gangs. Ils peuvent aussi y ajouter le nom de la rue où l’autobus passe. Et, si leurs activités ne sont pas principalement sur cette rue, ils peuvent utiliser le nom d’une autre rue que celle de la ligne de l’autobus en question. Par exemple, dans Rosemont, on peut retrouver un gang qui porte comme nom le nombre 197 ainsi que le nom de la rue Masson alors que le numéro de la ligne d’autobus sur Masson porte le chiffre 47. Probablement parce que la rue commerciale sur laquelle ils se tiennent, est cette rue et qu’ils possédaient déjà le nombre 197 comme indicatif sectoriel.

Des gars et des filles

La constitution du groupe peut comprendre autant des filles que des garçons. Mais, pour faire une activité de harcèlement sexuel envers une femme par exemple, ce sont les gars qui se chargent de cette tâche. Les filles, la plupart du temps, sont seulement les propriétés ou les marchandises de ces gangs, n’ayant aucun pouvoir par elles-mêmes. Néanmoins, elles peuvent croire aux allégations des criminels du Gang Stalking et y participer. Cependant, il arrive que certaines filles possèdent plus de pouvoir, peut-être parce qu’elles font partie de l’aile jeunesse des motards. Ceux-ci, plus haut placés dans la hiérarchie du crime organisé, sont d’ailleurs beaucoup moins exposés. Mais, leurs enfants peuvent aussi faire partie des gangs de rue. Elles peuvent donc participer à des activités de harcèlement électronique comme les gars d’un niveau plus élevé.

Les individus ciblés d’un quartier

Habituellement, les membres de gang de rue harcèlent les individus ciblés qui habitent le même quartier qu’eux. Lorsqu’il existe plusieurs gangs dans un même quartier, il se peut qu’un certain gang en détienne le contrat. Alors, ce sont les membres de ce gang qui exécutent la plupart des méfaits et du vandalisme. Ils intimident alors les individus ciblés. Mais, ceux-ci peut utiliser ses réseaux ou faire des alliances avec d’autres gangs pour amplifier et globaliser le harcèlement ou bien pour exécuter certaines tâches qui doivent être réalisées à l’extérieur de leur territoire.

Les secteurs de visibilité

Ils circulent le plus souvent en passant par les ruelles de chaque côté de la rue à laquelle ils s’identifient. Alors, si une personne est ciblée dans un certain secteur, ce sont dans les ruelles de celui-ci où on les verra plus souvent.

Mais, il n’est pas nécessaire pour eux de se limiter à ce seul territoire. Ils peuvent encore une fois utiliser leurs réseaux pour accéder à d’autres territoires en fonction du type d’activités de Gang Stalking visé.

Et, étant donné que ce sont les gangs du même quartier que la personne ciblée qui assument le contrat de harcèlement contre elle, ses enfants peuvent aussi être harcelés et intimidés à l’école par ce même gang. On peut leur faire de la cyber-intimidation et même forcer les adolescentes à se prostituer.
http://jeunescibles.blogspot.com

Habituellement, tous les gangs sont au courant du fait qu’une personne est ciblée. Donc, il peut arriver que des membres de gangs d’autres quartiers soient mis à contribution lorsque les personnes ciblées se déplacent hors d’un certain territoire. Par exemple, si la personne ciblée habite Montréal et se déplace à Laval, ce sera probablement un gang de Laval qui commettra des méfaits à son égard ou la harcèleront. Ils pourront aussi assumer la surveillance ou la filature.

Ils peuvent aussi utiliser leurs réseaux au Canada et dans les Amériques, et non seulement pour les personnes ciblées qui voyagent. Cela devient particulièrement intéressant pour eux d’utiliser ces réseaux lorsque les individus ciblés fréquentent des personnes d’autres nationalités. Ainsi leurs liens ont la possibilité de s’infiltrer dans leurs réseaux d’amis et peut-être même y commettre certains méfaits ou actes illégaux comme placer des caméras cachées ou dérober certains documents, etc.

Mise en évidence de la personne ciblée

D’abord, ils utilisent tous les signaux de la surveillance illégale du Gang Stalking 24/24, 7/7jours tout comme les autres citoyens d’ailleurs.

Les membres de gangs peuvent aussi se donner comme point de rencontre le devant du domicile d’une personne ciblée pour se regrouper avant de se disperser. À cet endroit, ils se donnent des instructions, exécutent quelques rituels et signes de la main avant de se quitter. De cette manière on peut les identifier.

Aussi, ils peuvent réaliser des graffitis sur la maison de la personne ciblée comme signe pour la désigner. D’ailleurs, ils en réalisent habituellement dans les ruelles où ils passent pour se donner certaines instructions.

Les méfaits et le vandalisme

Ce n’est pas par hasard que des gangs rôdent dans le secteur de résidence d’une personne ciblée. Ce sont ces gangs qui réalisent la plupart des méfaits. Si du vandalisme est constaté, les gens du quartier savent bien que ce sont les faits des gangs de rue. Mais, comme on ne les prend pas sur le fait et que ce type de harcèlement laisse très peu de traces, on peut rarement porter des accusations contre qui que ce soit.

Cependant, tout le monde sait bien que des pneus de voiture ou de bicyclette crevés par des coups de couteaux proviennent de membres de gangs de rue qui sont passés par là. C’est la même chose lorsque la roue neuve d’une bicyclette a été complètent tordue ou qu’à chaque année au même endroit, les bicyclettes attachées se font voler.

Il peut arriver aussi que certains membres de ces gangs fassent de l’exhibitionnisme pour intimider ou harceler sexuellement les femmes ciblées. Ils vont se tenir aux endroits stratégiques où se tiennent les «vrais» exhibitionnistes comme dans les bouches de métro, sur le coin des ruelles le soir ou dans les parcs aux endroits moins passants.

Et, puis, si un oeuf est lancé dans une des fenêtres de quelqu’un alors qu’une bande de jeunes vient de passer à cet endroit, cela est peut-être le signe que cette personne est ciblée. Alors, ce n’est pas un geste gratuit.

Cependant, on ne peut pas appeler la police pour cela. D’ailleurs, les policiers ne se déplacent pas pour ce genre de choses. Et, les gangs le savent. Mais qui portera plainte pour un oeuf? S’il y a vraiment des dommages apparents, il faut plutôt aller porter plainte au poste de police du quartier. Et, c’est très bureaucratique. Et, si par malheur vous avez en plus un handicap ou si vous êtes à mobilité réduite, vous déplacer à chaque fois que l’un de ces méfaits est perpétré contre vous devient très coûteux et plus que contraignant.

En fait, la plupart du temps, les gens non seulement savent que ce sont les faits de gangs de rue mais ils ont peur des représailles. Alors, c’est la loi du silence qui règne.

En plus, dans le Gang Stalking, comme la communauté est mise aussi à contribution,  les membres des gangs de rue se trouvent à s’y mêler pour faire de la surveillance illégale et des méfaits. De cette manière, la personne ciblée peut avoir l’impression que c’est tout le monde qui est contre elle. Cela est désiré par le système  du Gang Stalking. Cela a pour but d’amener la personne ciblés à croire qu’elle est folle. Mais surtout, ce sont les autres que l’on veut qu’ils le croient afin de la discréditer et la détruire.



Ouvrages de référence:
Mourani, Maria; «La face cachée des gangs de rue», Les Éditions de L’Homme, 2006.
Mourani, Maris; « GANG DE RUE INC.- Leurs réseaux au Canada et dans les Amériques », Les Éditions de L’Homme, 2009.
Articles et autres liens:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bande_criminelle#Gangs_de_rue
http://perso.b2b2c.ca/rueecole/lecoindesjeunes/Surlesgangs.htm
http://www.quebecjeunes.com/index.php?option=com_content&view=article&id=552:les-gangs-de-rue-bloodz-et-cripz&catid=150:societe
http://www.ledevoir.com/societe/justice/297245/gangs-de-rue-10-000-noms-dans-la-banque-du-spvm
http://ruefrontenac.com/nouvelles-generales/justice/23609-bleus-rouges-gangs
http://fr.canoe.ca/infos/dossiers/archives/2006/09/20060930-073830.html
http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Gang_de_rue_definition








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue!