Loading...

dimanche 12 décembre 2010

Déjouer la surveillance ( contre-mesures)

Déjouer la surveillance

 Moyens
  • détecter les angles morts 
  • voyager à pied ou en véhicule non motorisé ou électrique
  • laisser fonctionner plus d'un appareil similaire
  • éviter d'émettre soi-même des signaux électriques
  • pernser à autre chose lorsqu'on range des choses importantes 
  • utiliser la radiesthésie pour trouver ce que l'on cherche 
Outils
  • pendule
  • bol d'eau
Les caméras de surveillance et micros
Aujourd’hui, il n’y a plus de vie privée. Nos appareils électroniques (cellulaires, portables, télévision, radio, systèmes de son, système d’alarme, etc.) contiennent pour la plupart des micros et/ou des caméras. Ceux-ci peuvent donc tous être utilisés contre nous à notre insu. Et, il ne suffit pas de les fermer, il faut les débrancher complètement. Cependant, il faut pouvoir aussi les utiliser. Dans ce cas, on peut trouver des cachettes dans les angles morts des caméras. On peut détecter ces dernières à l’aide d’un pendule. En ce qui concerne les caméras, généralement lorsqu'on se place en dessous, il y a un angle mort à cet endroit. Si on possède un système d'alarme, les angles morts se situent sous les caméras, , les détecteurs de mouvements et les avertisseurs de fumée de la compagnie. Pour ce qui est du micro de votre téléviseur, on peut confondre ceux qui font de l'écoute électronique, en en laissant fonctionner plus d’un en même temps ce, au même poste mais dans différentes pièces. De cette manière, les intrus peuvent être confondus si on change de pièce.

De plus, voici quelques liens intéressants relatifs à la surveillance électronique :
http://www.csis.gc.ca/nwsrm/wr/wr2-fra.asp
http://www.csis-scrs.gc.ca/prrts/spng/mthds-fra.asp
http://www.csis.gc.ca/nwsrm/wr/wr2-fra.asp


Radar de bateau, sensor, détecteurs de cibles, etc.
Tous les cellulaires et certains véhicules motorisés possèdent des GPS. On peut donc nous retracer facilement grâce à cet appareil. Le meilleur moyen d’éviter d’être détecté, c’est d’éviter de porter sur soi tout appareil (cellulaire ou autre) émetteur de signaux électriques. Voyager à pied est une bonne solution. Si cela ne réussit pas, c’est peut-être qu’un micro-stimulateur est implanté l’intérieur de notre corps (pacemaker, implants, micro-puce, etc.). Dans ce cas, il faut tenter de trouver des angles morts, c’est-à-dire trouver des endroits impossible à détecter. Ensuite, on peut s’y cacher. Le pendule peut être d’un grand secours pour aider à trouver les meilleurs endroits. Mais, une fois caché, il faut éviter de bouger pour ne pas que le sensor nous trouve. Cependant, lorsqu’il nous attrape, c’est quasi impossible de l’enlever car il nous colle à la peau comme une sensu. De plus, une fois la cachette débusquée, il faut en trouver une autre.

Sensor et micro-stimulateurs (implants, pacemakers, puces, etc.)

On ne peut malheureusement pas éviter que les micro-stimulateurs internes émettent des signaux électriques. Cependant, on peut brouiller les ondes émises par ceux-ci. Afin d’éviter d’être détecté par le sensor ou le radar situé dans l’entre-plancher on peut placer un bol d’eau en dessous de soi.
DANGER: s’il y a des hautes tensions électriques dans l’environnement où on est situé,  qu’il y a beaucoup de radioactivité ou que nous ressentons des chocs électriques dans le corps, il vaut mieux éviter d’avoir de l’eau à proximité. Il y a un danger d’électrocution.

Le radar-scanner

Pour ce radar, se cacher dans les angles morts est aussi une solution. Mais, il faut éviter d’attirer l’attention en bougeant. Concernant les cachettes, n’oubliez pas, avant de sortir de la maison, de ranger tout ce qui pourrait permettre aux intrus de les découvrir. 

Aussi, il faut savoir que ce type de radar permet de voir le corps de la personne à travers ses vêtements et que ces derniers apparaissent plutôt transparents. La couleur de la chair, quant à elle, n’apparaît pas. Sa couleur est d’un blanc opaque. Et, si le vêtement collé au corps est d’une grande densité, celui-ci pourra passer pour une partie de notre corps. Donc, on  pourrait porter un blindage anti-CEM ou anti-micro-ondes collé à la peau sans que celui-ci ne soit détecté avec ce radar. L’avantage de camoufler ce blindage est d’éviter que les tortionnaires changent leur manière de procéder lors des attaques psychotroniques. S’ils savent que l’on possède une protection, ils pourraient décider d’augmenter l’intensité de leur attaque ou introduire un moyen de diffusion des rayonnements à l’intérieur du corps en plus des attaques externes.

«L’imposteur»
Un logiciel de torture peut inclure une fonction permettant à la personne qui l’utilise de visualiser sur son écran ce que les yeux de la personne ciblée voient et entendre par le son émit de son ordinateur ce que ses oreilles entendent. Il agit la plupart du temps en éclaireur. Il regarde où on met nos choses pour ensuite dévoiler nos cachettes à ceux qui viendront voler ou détruire celles-ci chez nous. Tout ce que l’on peut vouloir cacher sera vu et/ou entendu. Ce voyeur inoportun est donc plus difficile à éviter. Il faut en tenir compte mais ans en faire une maladie. Pour l’éviter, occasionnellement on peut cependant fermer les yeux pour réaliser certaines manoeuvres tout en sachant qu’elle sera fort probablement entendue. Cependant, ce logiciel permet aussi de voir les images mentales du cerveau, qu’elles soient visualiées éveillé ou dans les rêves. Cela veut dire que même si on ferme les yeux, si on visualise l’endroit où l’on veut cacher un objet, cet endroit pourra être vu par l’imposteur. Dans ce cas, il est nécessaire de penser à autre chose pendant qu’on réalise notre manoeuvre. Par exemple, on peut penser et visualiser notre aliment préféré tout en cachant nos objets de valeur.

Aussi, il faut savoir que ce type de radar permet de voir le corps de la personne à travers ses vêtements et que ces derniers apparaissent plutôt transparents. La couleur de la chair, quant à elle, n’apparaît pas. Sa couleur est d’un blanc opaque. Et, si le vêtement collé au corps est d’une grande densité, celui-ci pourra passer pour une partie de notre corps. Donc, on  pourrait porter un blindage anti-CEM ou anti-micro-ondes collé à la peau sans que celui-ci ne soit détecté avec ce radar. L’avantage de camoufler ce blindage est d’éviter que les tortionnaires changent leur manière de procéder lors des attaques psychotroniques. S’ils savent que l’on possède une protection, ils pourraient décider d’augmenter l’intensité de leur attaque ou introduire un moyen de diffusion des rayonnements à l’intérieur du corps en plus des attaques externes. 

Enlever ou faire enlever les implants, micro-puces, sensor, etc.


Moyens
  • opération médicale
  • visualisation
Si on ressent une sorte de rayonnement ou de vibration à l’intérieur du corps, il se peut que cela provienne d’un implant. Ces derniers sont souvent implantés à l’insu des victimes. Il faut d’abord les détecter en ressentant soit l’émission d’un signal électrique ou une vibration. Mais, on peut toujours utiliser la radiesthésie pour nous indiquer l’endroit où il se situe.
 
Ensuite, on peut le faire enlever par un médecin de façon chirurgicale. Cependant, les personnes ciblées ayant souvent du mal à se faire écouter par le corps médical, il faut malheureusement apprendre à vivre avec cet implant en attendant de pouvoir le faire enlever. Il est important d’être conscient de sa présence pour éviter autant que possible les radars.
 
En ce qui concerne le «sensor» implanté par voie de rayonnement, on peut l’enlever en imaginant une corde sur laquelle on peut tirer. S'il est situé dans le bas du corps, on peut se mettre en position accroupie, comme pour faire ses besoins à l’indienne, visualiser qu’une corde sort par l’orifice et tirer sur celle-ci qui elle, est invisible. Mais, cette position est assez difficile à prendre pour certaines personnes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue!